Nous sommes heureux d’annoncer que John a participé à l’émission À vos affaires avec Simon Philibert, pour discuter du 50e anniversaire en affaires de John Scotti Automotive.

John discute notamment de son parcours comme entrepreneur, ses débuts en tant que mécanicien, la façon dont il est devenu le plus ancien et le plus grand concessionnaire Lamborghini du monde, et la place unique qu’il s’est taillée dans l’industrie automobile.

Cette première initiative marque le début d’un projet d’un an qui donnera le coup d’envoi de la célébration de nos 50 ans d’activité.

Peu de véhicules peuvent rivaliser avec la vitesse et le style de l’illustre MC12, une supercar qui
porte fièrement l’écusson Maserati. Après une interruption de 37 ans, la MC12 a été créée pour
marquer le retour de Maserati sur les circuits. En fait, le MC12 était un projet secondaire ; la «
Stradale », ou version route, a été développée pour homologuer la version course. Entre 2004 et
2005, pour participer au championnat Fia GT, Maserati a sorti une série limitée de 50 voitures.
Les collectionneurs se sont évanouis devant ce qui était à coup sûr un chef-d’œuvre automobile,
une Maserati de collection qui combinait l’héritage des premières courses avec un savoir-faire de
première classe. Les cinquante voitures ont été rapidement réservées.

Sous la direction de Ferrari SpA, la MC12 a établi la présence de Maserati sur le marché des
supercars. En termes de mécanique, la MC12 était fortement basée sur la Ferrari Enzo, utilisant
la même boîte de vitesses, le même châssis, la même piste et le même moteur V12 de 6,0 litres
construit par Ferrari. La carrosserie de la MC12 a été attribuée à Frank Stephenson, responsable
du design chez Maserati. Cependant, la forme et l’esthétique initiales de la MC12 ont été
présentées par le designer italien de voitures de sport Giorgetto Giugiaro lors d’essais en
soufflerie. Différentes conceptions ont été explorées pour découvrir celles qui pourraient fournir
les performances aérodynamiques requises pour la course. Bien que le plan était de construire
deux modèles distincts, la Maserati Corse Competizione et la Maserati Corse Stradale, les deux
ont finalement été surnommées la Maserati MC12.

Une aventure audacieuse dans le design, le MC12 se distingue par son nez pointu, ses courbes
douces et son aileron arrière massif de 78 pouces. Sa calandre large et intimidante arbore le
trident caractéristique de la marque, tandis que des phares profondément enfoncés et de petits
feux arrière circulaires complètent le grand diffuseur et l’aile. Une distinction clé entre l’Enzo et
le MC12 est la présence d’un toit rigide amovible. Plus large, plus long et légèrement plus haut
que l’Enzo, le MC12 crée une plus grande force d’appui sur son corps, en plus de celle causée par
le spoiler. Le seul composant visible de l’extérieur que le MC12 partage avec l’Enzo est le pare-
brise. Chaque MC12 est soigneusement conçue et finie à la main dans une palette de couleurs
bicolores « Bianco Fuji / Blu Victory », choisie pour honorer l’équipe de course America
Camoradi qui a remporté des victoires retentissantes pour Maserati dans les années 1960.
L’intérieur du MC12 est simple, sophistiqué et élégant. Le tableau de bord est recouvert de cuir
bleu et de fibre de carbone pour accompagner le volant à dessus plat, les centres des panneaux de
porte, les bords de la console et les sièges baquets en fibre de carbone. Une horloge Maserati de
forme ovale se trouve dans la console centrale, tandis que les instruments et le bouton bleu du
moteur sont placés autour d’un compteur de vitesse devant le conducteur. La climatisation, les
rétroviseurs électriques et les vitres électriques sont de série dans le MC12. Bien que sobre,
l’habitacle du MC12 offre l’équilibre idéal entre confort et luxe.

Cette biplace en série limitée représente la marque modénaise dans sa forme de performance la
plus extrême. Aujourd’hui, la MC12 reste la voiture de route la plus rapide de Maserati, générant
624 chevaux et atteignant une vitesse de pointe de plus de 330 km/h. Avec seulement 50
exemplaires produits, la Maserati MC12 est un chapitre exclusif et inoubliable de l’histoire
automobile.

Au début des années 60, Ford était prêt à conclure un accord avec Enzo Ferrari pour acheter son entreprise et participer à des courses de voitures de sport axées sur l’endurance. Ford souhaitait participer à la course la plus populaire au monde : les 24 heures du Mans, situées en France. En 1963, les entreprises américaine et italienne été parvenues à un accord encourageant la création de voitures de route et de machines de compétition. Toutefois, à l’idée de perdre son autonomie, Enzo Ferrari se déroba à l’offre de rachat, au grand dam d’Henry Ford II. Mécontent de ce refus mais déterminé à produire une voiture de course américaine à nulle autre pareille pour battre Ferrari, elle-même tenante du titre au Mans de 1960 à 1965, l’héritier Ford y engagea sa marque dès l’année suivante.

La Ford GT40 est donc née d’une querelle entre deux pionniers de l’industrie automobile – Henry Ford II et Enzo Ferrari. Le véhicule fut mis au point en collaboration avec Carroll Shelby, connu pour son aversion pour Enzo Ferrari. Cette rivalité a alimenté le développement de la GT40, qui allait bientôt dominer mondialement certaines des meilleures voitures dans les années 60. Le nom « GT40 » provient de « Grand Touring » pour sa participation à des courses d’endurance et de la hauteur de la voiture en pouces. Bien que son ingénierie soit très improvisée, la GT40 s’avéra être un grand succès, remportant les courses du Mans de 1966 à 1969.

Son dernier triomphe a été particulièrement important dans l’histoire de Ford. Lors du départ de 1969, le concurrent Jacky Ickx organisa une manifestation individuelle contre le « type de départ du Mans », dans lequel les pilotes traversent la piste en courant jusqu’à leurs voitures respectives puis les démarrent pour s’élancer. Ickx s’opposait à ce départ traditionnel, le considérant comme un acte dangereux. Il marcha tranquillement jusqu’à sa voiture et verrouilla soigneusement ses ceintures de sécurité. Par conséquent, il fut le dernier à prendre le départ de la course. Au cours du premier tour, le pilote privé John Woolfe, qui avait négligé d’attacher ses ceintures de sécurité, fit un tonneau et mourra dans sa Porsche 917. Bien que les 917 avaient été en tête durant 90 % de la course, Ickx franchit la ligne d’arrivée avec 120 mètres d’avance sur la Porsche 908 de Hans Hermann, faisant définitivement de la GT40 une icône américaine durable.

John Scotti Luxury Prestige est ainsi fier de posséder un morceau d’histoire de la course automobile. Notre Ford GT 2018 arbore la carrosserie bleue historique ornée d’une bande orange vif qui s’étend sur le pare-chocs, le long du toit et au centre de l’aileron arrière rétractable. Ce coupé décoré aux couleurs du Gulf racing Team est un véhicule homologué pour la route imitant l’allure de la voiture de course du Mans. Équipée d’un moteur V6 EcoBoost de 3,5 litres, cette GT 2018 développe 647 chevaux et atteint une vitesse maximale de 216 mph. Supercar légère et puissante, elle est capable d’accélérer de 0 à 60 mph en seulement 2,9 secondes. Pour 1 599 900 dollars, vous avez la possibilité de posséder une icône américaine – signée par le célèbre pilote Jacky Ickx.